La Chambre des députés autorise l’impeachment et offre le spectacle


IMG_2963
La Présidente Dilma a perdu une bataille capitale pour la préservation de son mandat.

Le dimanche 17 avril à 23h47 la chambre basse du Parlement brésilien a proclamé le résultat final : 367 votes en faveur de la destitution, 137 contre, sept abstentions et deux absences.

Les supporters et militants qui suivaient la séance de vote en face du congrès étaient séparés par le « mur de la honte », des plaques de métal alignées tout le long de l’esplanade des Ministères pour éviter des affrontements.

IMG_2981.jpg
© Mehdi Cheriet

En regardant le Congrès, il y avait à gauche les supporters de Dilma et à droite les pro-impeachment. Pour un profane cette division de l’espace, délibérée ou pas, pouvait se résumer à un clivage idéologique entre les rouges de gauche et les jaunes de droite. Les pauvres et les riches.

IMG_2993
© Mehdi Cheriet
IMG_2936.jpg
© Mehdi Cheriet

Or, il n’en est rien, les classes sociales se mélangeaient dans un camp comme dans l’autre. Même si les syndicats ou les militants associatifs étaient prédominants du coté gauche, on pouvait voir de nombreux jeunes et moins jeunes de la classe moyenne venus apporter leur soutien à la Présidente ou tout simplement à l’État de droit.

IMG_2922
© Mehdi Cheriet

Du côté des pro-impeachment habillés aux couleurs nationales, il y avait à première vue une foule à majorité blanche de la classe moyenne hostile au PT ou excédée par la corruption de la classe politique. Ce constat rapide pouvait nous induire à tomber dans des préjugés qui étaient démentis par la présence de personnes censées être de l’autre côté du mur.

IMG_2948.jpg
© Mehdi Cheriet
IMG_2963.jpg
© Mehdi Cheriet

Pour passer d’un rassemblement à l’autre, la police sur les dents avait autorisé les journalistes à circuler le long d’un petit corridor encadré par des barrières. Ce privilège permettait à l’observateur de voir les deux atmosphères. Du côté du PT, il y avait cette résignation des supporters d’une équipe qui était donnée perdante à dix contre un. Plus le vote approchait, plus les visages se fermaient. Il était important de soutenir la Présidente même si les chances étaient quasi nulles.

IMG_2958.jpg
© Mehdi Cheriet

Pour les pro-impeachment, la confiance régnait, le climat était plus festif à mesure qu’approchait l’heure H. Lorsque les caméras filmaient, les manifestants houspillaient la Présidente et la bande de corrompus qu’il fallait traîner en prison.

IMG_2983
© Mehdi Cheriet

La chaleur intense de Brasilia et la longue attente n’avait pas dissuadé les citoyens à affirmer leur opinion devant ceux qui détenaient les clés du processus de destitution. Il fallait être présent en ce moment historique.

IMG_3004.jpg
© mehdi Cheriet

La nuit tombée les grands écrans commençaient à diffuser les premières images du vote avec un différé entre le son et l’image.

IMG_3043.jpg
© Mehdi Cheriet

 

IMG_3034.jpg
© mehdi Cheriet

La séance de vote a duré 6 heures dans une ambiance folklorique qui contrastait avec la solennité des lieux. Des députés sans envergure ont profité de ce moment historique pour arracher un moment de gloire sur les écrans du Brésil. Certains élus venaient annoncer leurs votes drapés dans la bannière de leurs États respectifs, d’autres déclinaient le nom de leurs épouses et enfants sans évoquer le motif qui justifiait la destitution.

Ainsi nous avons eu droit à de véritables perles dans le camp de favorable à l’impeachment :

« Pour la famille quadrangulaire, je vote oui » référence à une église évangélique.

« Joyeux anniversaire Ana, ma petite fille »

« Ces bandits veulent détruire la famille brésilienne en proposant aux enfants de changer de sexe… »

« Canailles, canailles, canailles !!! »

« Pour mon petit-fils Pedro »

« Pour la paix de Jérusalem, je vote oui »

« Pour les maçons » (francs-maçons)

« Pour la rénovation charismatique »

« Pour ma mère nega Lucimar »

« Honte, honte, honte, dégage Dilma »

« Je veux envoyer une bise, je n’ai pas mentionné mon fils. Paulo Henrique, je t’embrasse.» Un député distrait revenu au micro après avoir voté.

« Pour les militaires de 64 (référence au coup d’État de la même année) »

« Coup d’État ! Coup d’État ! Coup d’État ! Coup d’État ! Vous savez à quoi ça fait penser ? A une diarrhée verbale que plus personne ne supporte »

« Pour les médecins brésiliens »

« Pour la nation évangélique »

« Pour Sandra, pour Érica, pour Vítor, pour Jorge, et pour mon petit-fils qui va naître »

« Avec la bénédiction du grand architecte de l’univers »

« Pour mon fils qui porte mon nom, Luis Lauro »

« Pour ma mãezinha » terme affectueux pour maman.

« Pour ma maman qui est à la maison avec ses 93 ans »

« Pour tous les courtiers en assurance »

Dans le groupe opposé à la destitution, un député affligé avait choisi d’ironiser sur la tournure du vote :

« Je croyais être venu pour une réunion politique, mais je vois qu’il y a ici que de bons maris et de bons pères ».

Une parlementaire en colère voulait mettre l’accent sur l’imposture de ses collègues :

« Je n’ai jamais vu autant d’hypocrisie réunie au mètre carré. Dire que l’on veut voter contre la corruption en voulant imposer comme Président de la République Michel Temer et Eduardo Cunha comme vice-président est d’une hypocrisie sans limites » les deux hommes mentionnés sont cités dans des affaires de corruption.

Par ailleurs, sur les 48 députés poursuivis en justice pour détournement de fonds public, blanchiment d’argent, association de malfaiteurs ou corruption, 40 ont voté en faveur de la destitution.

Le bouquet final revient à la députée Raquel Muniz qui lors de la session de vote avait demandé la fin de la corruption et rendu un hommage appuyé à son mari, maire d’une ville de l’État de Minas Gerais.

Le lendemain du vote, son mari a été arrêté par la police fédérale, pour prévarication, détournement de fonds et fraude aux marchés publics.

Inutile de préciser que l’élue avait voté en faveur de l’impeachment.

 

Article publié le 19 avril sur le  journal Liberté

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s