AffroReggae


Fondé en 1993, le groupe culturel AffroReggae, est une ONG qui offre des activités socio-culturelles aux jeunes habitants des favelas.

Son créateur, José Junior a été interviewé par un groupe de jeunes de la revue Megazine de Globo.

En voici un extrait, fort instructif.

Comment voyez vous la ségrégation spatiale à Rio ?

Rio est la ville où il y a le moins de ségrégation au Brésil. Il n’y a pas un seul endroit au monde qui ressemble au Posto 9 d’Ipanema (célèbre lieu de rencontre sur la plage). Vous pouvez y voir des gays, des habitants des favelas, des garçons de la Zona Sul (bourgeois)…Ici, tout est mélangé. Il y a une ségrégation, mais moindre par rapport au reste du Brésil. Dans ce café par exemple, la majorité est blanche. Mais il y a cinq ans, peut-être, vous (Globo) n’auriez pas invité quelqu’un du Morro do Turano (favela) pour participer à cette discussion.

Vous pensez que la favela souffre de stéréotypes ?

Le monde entier connaît le Brésil en raison de ses favelas. Les grandes stars du foot comme Rivaldo, Ronaldo, Romario… sont issues des communautés (favelas)… La Samba vient d’où ? Et le carnaval ? Le problème est que dans le carnaval il n’y a que la favela qui n’en tire aucun bénéfice. Le gars de Mangueira (école de samba) est devenu secondaire. Pour cette raison je ne sais pas si je suis contre le fait que des jeeps de touristes entrent dans la favela Rocinha comme si c’était un safari. Si cela génère du fric, je suis pour.

Mais ce safari ne t’incommode pas ?

Si. Nous travaillons beaucoup pour changer cette image. Le Complexo do Alemão, par exemple, est la favela la plus stigmatisée à cause du trafic de drogue. Mais on ne parle jamais de la publicité au milieu de tout ça. Le mec voit des baskets Nike à 780 réais avec ce slogan « ou tu les as, ou tu n’es rien ». Pour être accepté, il arrive justement que l’on prenne le chemin du crime. La marque qui gagne le plus d’argent avec le crime, c’est Nike. Quand j’avais 14 ans je voulais voler pour m’acheter des Nike.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer l’organisation AfroReggae ?

Pour sauver ma vie. J’ai toujours été frustré. A 21 ans j’ai vu que le plus vieux de ma bande avait à peine 16 ans. Cazuza (célèbre chanteur carioca mort du Sida) chantait « mes héros sont morts d’overdose« , les miens ont été tués par balle. Mes héros étaient mes amis. Je mentirais si je disais que j’ai créé AfroReggae pour aider les enfants. Je voulais simplement m’aider. Les enfants sont venus après.

Vous vous sentez seul avec toutes ses disparitions ?

La mort est toujours proche. Le groupe Afro Reggae est connu pour jouer les médiateurs dans la guerre des trafiquants. Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de faire ça car nous avons divers médiateurs. Avec le développement de l’association, j’ai couru le risque d’un embourgeoisement. Je vais en Europe demain, tous frais payés. J’ai des amis entrepreneurs ou intellectuels. Mais je ne peux pas perdre mon ADN. Aujourd’hui je suis le BOPE (groupe d’intervention d’élite de la police) de l’Afro-Reggae. Je n’y vais que lorsqu’ils m’appellent : « Chef, y a pas moyen, il faut que ce soit toi ! ». J’y vais pour résoudre les problèmes. Je crois que je peux changer le monde. Et je le veux.

Vous pensez entrer en politique ?

Sans fausse modestie, si je me présente, je serai un des députés le mieux élu. Mais je ne veux pas. Je change les choses sans entrer en politique. C’est beaucoup plus facile, vous et moi-même avons plus d’impact que ces gars-là.

Source : Megazine (O globo)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s