La faute à qui ?


La ville de Vitoria a été paralysée par une grève des conducteurs de bus. Conséquence directe de la violence grandissante de ce petit Etat du Brésil.

Voici le récit d’une violence ordinaire relaté par le quotidien régional : « Claudinéia Ceruti, âgée de 29 ans, contrôlait l’accès (tourniquet) au terminal de bus quand elle a été abattue par un homme qui exigeait qu’elle lui remette tout l’argent de la caisse. Avant même qu’elle ne puisse remettre la somme, l’assaillant a tiré sur elle.  Le crime a été enregistré à 23h30, le dimanche 12 avril».

Crime qui fut à l’origine du mouvement social à l’aube de ce lundi 13 avril 2009.

L’Espirito-Santo a été distingué par le quotidien Folha de San Paulo pour sa violence. Un palmarès national lui décerne la deuxième place en nombre d’homicides.

Ce score aurait dû être dérangeant voire fatal pour le gouverneur et son équipe. Eh bien non, pas ici, la presse n’en fait même pas la une, on se demande pourquoi ?

En trois ans l’indice des victimes de violence dans l’Etat d’Espirito-Santo n’a cessé d’augmenter pour désormais atteindre une place de leader au Brésil.

En 2008 voici le nombre d’homicides pour 100.000 habitants dans les quatre Etats les plus violents du Brésil.

1° Alagoas : 66,2

2° Espirito-Santo : 56,6 (alors qu’en 2005 il était de 37,7)

3° Pernambuco : 51,6

4° Rio de Janeiro : 45,1

Comme souvent dans la presse en ligne, la partie la plus intéressante d’un article se trouve dans les commentaires laissés par les internautes excédés.

En voici un fort lucide, signé kit walker F :

« La faute ? La faute à qui ? A la presse qui est forcée de donner un entretien à Paulo Hartung …Paulo Hartung (le gouverneur de l’Etat) …lui qui a été élu pour résoudre les problèmes de sécurité, d’éducation et de santé, de transports publics…etc…etc…avec l’appui d’une masse ignorante de 78%. Et qu’a t-il résolu ???? Avons nous une sécurité, une éducation de qualité, une santé publique ? Alors ? C’est de votre faute, oui, vous qui avez voté deux fois pour Paulo Hartung ».

Tiens, ça me rappelle étrangement quelque chose, pas vous ? Belle leçon citoyenne. Réfléchissez bien avant de mettre le bulletin dans l’urne.

Sources: Folha de S. Paulo, A Gazeta

Publicités

2 réflexions sur “La faute à qui ?

  1. Contacté par la Folha, le secrétaire à la sécurité publique pour l’ES, Rodney Miranda a répondu que l’on ne pouvait pas comparer les chiffres d’un État à l’autre. Selon lui, l’ES déclarerait tous ses homicides, ce qui ne serait pas le cas de certains autres États. C’est, d’ailleurs, un argument que j’ai déjà entendu dans le passé…

    La faute à qui ? Question ô combien difficile. De même que la question suivante : que faire ? La violence est à ce point enracinée dans les mœurs brésiliennes qu’il est devenu impossible d’espérer une baisse des taux d’homicide significative à court et même moyen terme.

    En France et en Angleterre, ces taux étaient très élevés du 14ème au 18ème siècle. C’est la construction d’un État fort qui aurait coïncidé avec une baisse importante. Depuis deux siècles, dans ces deux pays, les taux d’homicide sont très stables.

  2. Alors celui-là ! Aussi perspicace que son chef.

    Rodeney Miranda ferait mieux d’assumer ses responsabilités au lieu de se pavaner en tenue de combat dans les très médiatiques opérations de police.

    Vous êtes bien pessimiste Francis. Faudra t-il attendre encore un siècle avant de voir ce taux baisser de façon significative ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s